mardi, 28 mai 2024

Où poster les offres d’emploi “Observation urbaine” ?

Voilà la question posée par un collègue de Saint-Etienne.

Pour une offre typiquement SIG, on a l’habitude de passer par le GeoRezo et, quand il s’agit d’une collectivité, par la liste SIGtopo de l’AITF. C’est ce qu’a fait notre collègue de Saint-Etienne. Mais il s’agit là d’un poste de chargé d’étude urbanisme qui n’apparait pas comme une offre typiquement SIG. Quand on regarde le profil de poste, on s’aperçoit qu’il s’agit d’un poste orienté sur l’observation urbaine, et pour ce type de poste, les sources sont multiples.


En effet, il n’existe pas de réseau équivalent au GeoRezo dans le domaine de l’urbanisme et de l’aménagement du territoire :

  • D’autres annonces paraissent parfois sur le site d’Entreprise Territoire et Développement comme c’est le cas du poste de chargé d’études observatoire socio économique et territorial du Pays Cœur d’Hérault (34).  Toujours dans le domaine de l’aménagement du territoire on trouve aussi des offres sur le site de l’ARADEL ou du CRDR que l’on trouve désormais sous le nom de caprural.org : ce sont là des plateformes régionales.
  • D’autres offres paraissent dans la “gazette des communes” comme celle publiée par l’agence de l’eau Rhône-Méditerrannée-Corse de “Chef du Service Programme, Evaluation et Socio-Economie”.
  • On en trouve aussi souvent sur le site des agences d’urbanisme car ce réseau intervient tout particulièrement dans le domaine de l’observation locale et possède une réelle expertise en la matière.  Actuellement, par exemple, il est publié un stage Observatoire Economie sur Amiens. Mais, ce ne sont que des offres du réseau des agences d’urbanisme. Il en est de même pour le site des CAUE, conseils en architecture, urbanisme et environnement, qui possède même une page consacrée à ses observatoires. Une page où on découvre l’observatoire du CAUE du Nord avec une carte dynamique.
  • Le site de la fédération des parcs naturels régionaux est quant à lui plus ouvert : on y trouve des annonces d’organismes et associations environnementales avec régulièrement des profils « SIG, évaluation, planification ». On s’éloigne ici de l’observation urbaine pour être plutôt dans l’évaluation environnementale, mais est-ce bien différent ?




Et quelles sont les compétences demandées ?

C’est finalement dans le corps de l’annonce que l’on découvre toutes les qualités demandées en matière d’observation. Par exemple pour l’annonce de Saint-Etienne : une formation de géographe aménageur, sociologue spécialiste du traitement de données ou statisticien, des connaissances en méthodes d’analyse de données, de sémiologie graphique, de représentation statistique, la capacité à définir des indicateurs thématiques, la connaissance de l’outil SIG …
On retrouve là, souvent sous le qualificatif d’urbanisme, les compétences multiples nécessaires à l’analyse statistique et plus particulièrement à l’analyse urbaine :

  • un peu d’informatique,
  • beaucoup de bases de données et de langage de requétage ou autres macros,
  • des connaissances thématiques pour aborder la question des indicateurs,
  • des capacités à bien représenter toutes ces données sous forme de cartes et graphiques,
  • des qualités d’animation pour fédérer les différents partenaires de l’observation et conventionner les échanges de données
  • et bien sur des compétences rédactionnelles pour mettre en forme les études.

Ces annonces évoquent souvent une formation initiale : dans ce cas celle de géographe ou sociologue. Mais ne pourrait-on aussi parler d’économie, une formation de base qui apporte nombre de compétences utiles à l’analyse urbaine. Je pense que l’on a souvent tendance à faire ressortir sa propre formation …
L’observation urbaine est par nature transversale, multiforme. De ce fait, elle n’est pas reconnue en tant que telle. D’ailleurs on retrouve cette difficulté en matière de bibliographie: une recherche sur des livres en urbanisme nous mène au rayon sociologie, géographie, aménagement, … Pour la partie modélisation spatiale : direction le rayon maths, informatique, statistiques, économie ou géographie.



Et les intitulés de poste ?

La diversité est ici la règle : chargé d’étude observatoire, chargé d’étude urbanisme, responsable prospective, … Là encore, aucun moyen de s’y retrouver ! On pourrait penser que le catalyseur pourrait être le GeoRezo puisqu’il faut, dans la plupart ces cas, des compétences en SIG. Pourtant l’intitulé du poste et la personnalité du responsable qui s’occupe du profil du poste vont parfois exclure le GeoRezo des sites publiant l’annonce.

Il existe bien maintenant un portail de l’observation urbaine à travers le portail géomatique mais il n’existe pas de lieu d’échange entre les acteurs de l’observation urbaine. Dommage !




Article rédigé avec l’aide de Thomas et Jérome

.


Laisser un commentaire


- Faire un don - Contact - Mentions légales -